Atelier d'espace urbain

Blog - PROGRAMME BACHELOR 1617

PROGRAMME BACHELOR 1617

Programme général BACHELOR 2016-2017, sous forme synthétique. Tous les projets font l'objet de feuillets détaillés présentés en phase de démarrage. L'ensemble des travaux issus de ces projets se retrouvent aux évaluations quadrimestrielles respectives et au jury de fin d'année. Un certain nombre de points sont détaillés dans des articles spécifiques sur www.espaceurbain.be

B1 1Q

 

1.1 « OBJECT IF » (phase objet 6 semaines - phase photo 6 semaines)

Responsables : Raymond Balau & Sylvain Busine (atelier technique, pour la première phase)

Remarque préalable : ce projet implique de se familiariser avec l’atelier technique parallèlement au cours de dessin d’architecture (Valérie Gevers) et avec le cours de théorie d’architecture (Marie-Cécile Guyaux).

Objectifs

Exploration concrète et expérimentale des rapports de l’objet (créé) à l’objectif (photo- graphique), en situation. Réalisation d’une pièce de maîtrise et mise en œuvre dans un théâtre d’opérations. L’atelier technique étant particulièrement disponible en début d’année, c’est une opportunité pour apprendre à y travailler en intégrant les consignes, afin d’y avoir recours d’initiative pour des projets ultérieurs.

Modalités

Thème opératoire : mimétisme VS camouflage.

Apprentissage de l’utilisation des principales machines à bois de l’atelier technique : découverte, consignes de sécurité, essais et erreurs, maîtrise, finitions, rangement et nettoyage.

Le projet implique de nombreux allers et retours entre les 3 ateliers : expérimentation à l’atelier technique, échanges à l’atelier 427/7, repérage-contacts-négociations in situ.

Réunir une documentation sur le camouflage urbain (± 10 pages de références collées dans le carnet de recherche, d’œuvres bi- ou tri-dimensionnelles dont l’aspect révèle les techniques de réalisation).

Demandes

Carnet de recherche à remplir pour la fin du projet (y intervenir chaque jour, c’est-à-dire min. 35 fois).

Coffre à outils.

Phase 1 : exercices techniques : 5 machines dont le tour à bois, 5 difficultés (indéniables), dont une « mono-utilisation » et un assemblage à sec de trois pièces.

Phase 2 : « object » : en bois de récupération, via croquis, prototype en carton, pièce de maîtrise, avec boîte de transport en carton renforcé.

Phase 3 : repérages photographiques.

Phase 4 : photographies à partir de l’objet mis en situation de camouflage dans 3 lieux distincts mais inscrits dans une superficie maximum de 1 hectare. Les trois lieux : un jardin sous la pluie, une réserve de galerie, un endroit secret incroyable).

Récit : un texte de 3000 signes espaces compris (recto d’A4) synthétisant l’existence de cet objet dans les différentes situations en mixant réel et imaginaire.

 

1.2 • « COFFRE »

Responsable : Raymond Balau & Sylvain Busine (atelier technique)

Objectifs

Couvrir les principaux domaines des petites fabrications, à savoir clouer, visser, boulonner, agrafer, river, percer, coudre, arracher, pincer, gratter, limer, aiguiser, couper, entailler, scier, poncer, peindre, racler, raboter, presser, serrer, gâcher, souder, coller, nettoyer, mesurer, tracer, pointer, etc.). Pour choisir ces outils, il faut à la fois penser aux matériaux liés et aux petites fournitures (clous, vis, rivets, cartouches de colle, agrafes, …). En outre, investir l’espace, a fortiori urbain, demande de l’équipement portatif.

Modalités

Constituer le coffre à outils durant la première période de six semaines en prenant appui sur ceux de Raymond Balau et de Sylvain Busine.

Demandes

Contenant pratique et minimum de 20 outils + investigation fournisseurs et fournitures.

a) Choisir un coffre solide, aisément transportable, et doté de nombreux rangements, adapté à la taille des outils choisis et d’une capacité suffisante pour intégrer ultérieurement d’autres outils (ou petites machines).

b) Se procurer des outils solides, performants, en pensant à leur entretien éventuel ou à leur affûtage, aux réserves de lames, etc.

 

1.3 • « BLOWUP » (projet réparti sur 2 quadrimestres)

Responsable : Christian Châtel

Objectifs

Imaginer le Portrait d’un autre ou « c’est qui ou c’est quoi l’autre en face de moi ? »

Modalités

La réponse en 10 petites madeleines, et surtout en 10 petits extraits cinématographiques prises dans le matériel fourni par le site BlowUp.

Demandes

PARTIE 01 - La règle du jeu : rédiger son propre autoportrait en 1 page / interviewer l’autre en 10 minutes max (image et son) cf : casting JP Léaud / rédiger le portrait de l’autre en 1 page / Donner sa liste de :

10 films (qualifiables : j’aime / j’aime pas / je déteste / je ne comprends pas…)

10 photographies (qualifiables : j’aime / j’aime pas / je déteste / je ne comprends pas…)

10 sons (qualifiables : j’aime / j’aime pas / je déteste / je ne comprends pas…)

10 musiques (qualifiables : j’aime / j’aime pas / je déteste / je ne comprends pas…)

10 mots (non-qualifiables)

10 répliques (qualifiables : j’aime / j’aime pas / je déteste / je ne comprends pas…)

10 acteurs (qualifiables : j’aime / j’aime pas / je déteste / je ne comprends pas…)

à chaque fois sans développer.

PARTIE 02 - le « faire »

Écrire, chercher, sélectionner, structurer, monter, et finaliser « le portrait de l'autre ».

La vidéo finale aura une durée entre 5 et 10 minutes et comportera un minimum de 15 extraits de films.

Elle pourra intégrer des éléments issus de la PARTIE 01 / lecture de l’autoportrait ou du portrait / extrait de l’ITW / éléments de la listes comme les photographies par ex.

 

1.5 • « 123D »

Responsable : Cédric Noël

Objectifs

Recherches rapides à partir d’imputs hebdomadaires : dessin.

Modalités

Se frotter à l’ici et maintenant de lieux urbains, avec pointage du temps et de sa propre présence.

Demandes

Séries de dessins, techniques libres, avec accrochage pour échange.

 

1.6 • STAGE INTERNE

Responsable : Raymond Balau

Objectifs

Thème opératoire : la prolepse.

Investir un site urbain (cette année : les campus ULB et VUB) en vue d’une intervention in situ par groupe.

Processus en 2 temps 3 mouvements (solo/collectif, réel/web & repérage/rencontre/intervention), allant de la découverte à la réalisation en passant par le projet, dans un temps donné … selon des temporalités plurielles, des interférences rythmiques, des vitesses différentielles … Approches de réalités humaines concrètes, instables, en devenir. Confrontation aux conditions de terrain et à un public non averti. Inscription d’imaginaire dans l’espace-temps.

Modalités

Matériel de prise de vues et outils personnels (coffre à outils) pour travail en atelier et in situ.

Implication forte dans le travail de terrain.

Investigation croisée sur le web et sur le terrain, pour identifier un différentiel web/réel où s’engouffrer pour établir une proposition susceptible de marquer les esprits.

Activation d’une intelligence des situations, pour faire apparaître les ressources des lieux, les dimensions cachées, les richesses des contacts, les intentions des politiques et des projets, l’action sur site et la constitution d’une œuvre contextuelle.

Evaluation in situ au terme de la dernière semaine.

Demandes

Respect scrupuleux du tempo et du processus (cartographie jusqu’au-boutiste du site et réalisation in situ d’une intervention susceptible d’être appréhendée par un public).

Le mural doit évoluer tout au long des 6 semaines.

L’intervention in situ doit être éphémère, réversible, et documentée (pour les portfolios).

 

1.7 • MODULE 5

Responsable : Raymond Balau

Objectifs

 En parallèle au programme de stage interne, les étudiant.es de l’atelier qui suivent un Module ont à travailler à partir des mêmes sites, mais avec un objectif de travail en solo.

Modalités

a) Réaliser une visite guidée dans l’intimité des sites de stage, pour faire découvrir aux stagiaires un certain nombre d’aspects inattendu, surprenants ou étranges, étape appelée « visite out ».

b) Partir à la rencontre d’une personne intimement liée à la vie des sites, et explorer avec elle la possibilité de réaliser une visite approfondie d’un lieu inaccessible au public, étape appelée (visite in ».

Demandes

Réaliser une vidéo sur le principe de l’interview en situation, en tenant compte du thème opératoire de la prolepse.

 

1.8 • Cours spécifique de Marie-Cécile Guyaux • Théorie de l’architecture (approche de terrain)

Le cours est donné sous forme d’un programme de visites commentées et de rencontres, avec 3 axes :

1. Centre ville : Musée de la ville de BXL (morphologie urbaine, relief, cours d'eau, anciennes enceintes, rapports ville/campagne), Carrefour de l'Europe (notion de tissus urbain, théorie de la congestion, postmodernisme ; cas du concours pour le carrefour de l'Europe), Mont des arts (retour sur le relief de la ville, postmodernisme, Musées royaux ; cas du concours pour le musée d'art moderne), Bozar: visite de fonds en combles et A+ (rencontre avec la rédaction).

2. Cité modèle : préparation: écoute du reportage radio "La théorie des blocs" par l'association « BNA » + diverses rencontres et visite de la Cité modèle: projet moderniste, Charte d'Athènes, cinq points d'une architecture moderne.

3. Canal : prise de connaissance des travaux de AHA, Eva Le Roi et Accattone via leurs sites web, visites et rencontres, discussion autour de cette prise de connaissance puis rencontre avec AHA (Aurélie Hachez Architecte), parcours le long du canal (industrie et ville : usines Godin, port, brasserie Bellevue, etc.), gentryfication, question des tours (réhabilitation de la tour Brunfaut par Lacaton et Vassal et nouvelle tour d'Yves Lion)

De façon transversale à ces 3 visites sont aussi abordés les thèmes de la cité jardin, de la ville diffuse, du junkspace, de la pensée faible et de la métropolisation.

Au terme des visites, les étudiants créent ou emportent un « objet souvenir » catalysant un ou plusieurs des thèmes vus lors des visites et présentant des qualités plastiques en tant que tel, assorti d’une cartographie subjective à contraintes multiples.

L’approche globle des imaginaires cartographiques est documenté par Marie-Cécile Guyaux et par le cours « Anatopix » par Raymond Balau.

 

1.9 • Cours spécifique de Valérie Gevers • Dessin d’architecture

1. Approche du code de représentation architecturale au travers d'un relevé d'une partie du jardin de La Cambre : dessiner un banc avec son environnement immédiat en plan et élévation, après avoir pris les mesures avec le corps (empan, pas, etc). Ensuite, passer d'une petite échelle à une grande en 3 étapes, toujours dans les jardins de La Cambre (pour prendre conscience de ce qu'on indique selon l'échelle). Ensuite, relevé du logement individuel, d'abord de mémoire (croquis), puis mesuré au mètre. 

2. Il est demandé de représenter un chemin parcouru, de La Cambre à Flagey, en mettant l'accent sur un élément en particulier (l'eau, les bâtiments publics, la végétation, ...), en attachant de l'importance aux représentations des textures, au sens de lecture... Phase comprenant une illustration de mots du vocabulaire propre à l'urbanisme et à l'architecture, à partir de ce parcours.

Enfin, l'axonométrie est abordée.

 

B1 2Q

 

1.8 • « RELIRES »

Responsables : Raymond Balau et Cédric Noël

Objectifs

L’intitulé « RELIRES » est explicite. Il s’agit de relire, à l’instigation du philosophe Bernard Stiegler, un livre trois fois, pour en tirer ensuite un travail plastique, de manière directe ou dérivée.

Remarque : ce projet revient à poser la même question aux étudiant.e.s des cinq années, pour favoriser les contacts réflexifs entre eux.

Modalités

Un session préparatoire permet de confronter des recherches bibliographique menée en groupe, de manière à constituer par recoupement une liste possible avec mise en évidence des liens avec l’espace urbain ; de près ou de loin.

Ensuite, il s’agit d’enclencher trois lectures procédant d’angles différents, et d’organiser des recherches collatérales, de manière à situer l’auteur, le propos, les liens avec d’autres œuvres, etc. En accumulant une documentation et des notes de lecture sujettes à réflexion et à propositions.

Demandes

Suite au choix d’un ouvrage (à acquérir), et aux trois temps de lecture, proposer une réalisation visuelle ou plastique en prise directe avec le contenu de l’ouvrage, les moyens étant libres.

 

1.9 • « DEPOT » • 6 semaines

Responsable : Toma Muteba Luntumbue

Objectifs

1. Imaginer et réaliser des productions tridimensionnelles symboliques en appliquant différentes techniques de formalisation.

2. Mettre en situation les productions dans un espace et une temporalité donnés.

3. Aborder le site comme un élément constitutif de l’œuvre.

Modalités

1. Étude des potentialités constructives et expressives de divers matériaux. 

2. Formalisations tridimensionnelles et intégration spatiale.

3. Exercices préliminaires collectifs.

Demandes

1. Faire 1 proposition formelle selon les consignes suivantes :

2. Réaliser 10 objets ayant une forme similaire mais de tailles différentes.

3. Chercher dans la ville un espace (support, cavité, anfractuosité, socle…) propice à recevoir chaque objet réalisé.

4. L’objet doit s’intégrer de manière à avoir l’air d’un dépôt naturel (une possibilité : compléter fictivement un autre élément tridimensionnel existant, et/ou en modifier le sens ou la symbolique).

5. L’objet réalisé doit résister aux intempéries.

6. Réaliser des prises de vues des objets abandonnés.

7. Evaluation : découverte des objets in situ dans un parcours déterminé/logique.

8. Constituer une documentation visuelle (image fixe ou en mouvement) à présenter à l’Atelier

 

1.10 • Journées Portes Ouvertes des 17 et 18 mars 2017 : présentation de travaux en cours dans l’atelier ouvert pour la circonstance.

 

1.11 • « TACTICAL VIEWING »

Responsable : Cédric Noël

Objectifs

 Apprentissage du décryptage d’un site en vue de se l’approprier pour y intervenir, en identifiant tout ce qui en fait la singularité, la configuration, l’histoire, le devenir et les potentiels.

L’idée directrice est de prendre le temps de tester toutes les facettes de ce travail d’investigation, pour aboutir à une « check-list » applicable à d’autres situations, à rendre effective en des laps de temps plus court, pour l’efficacité, par exemple lors du démarrage du premier projet in situ au début de B2.

Modalités

 Investigation précédée d’exercices, destinée à mettre en lumière le travail en amont du projet in situ, dont en n’allant pas jusqu’à la production d’une œuvre, mais en faisant œuvre des travaux d’approche, de documentation et d’investigation, à la recherche de points d’ancrages forts pour initier un travail plastique. Toutes les dimensions sont requises : arpentage, prélèvement, photographie, notation, relevé et dimensionnement, son et passage du temps, témoignes et contacts, recherches indirectes (via les archives, le web, les témoignes, …). Il s’agit de mener l’enquête pour comprendre ce qu’est un site au-delà des perceptions immédiates ou superficielles ou rapides.

Demandes

Consacrer un temps important à l’enquête de terrain.

Réaliser une maquette réceptacle des autres formes d’information.

Mise en évidence des indices et déclencheurs qui permettent de dépasser le stade du constat et de faire du site un allié.

Préparer de manière efficace le travail de terrain (matériel, recherches, …), afin de gagner du temps sur place, puis traiter le matériel récolté soit pour l’archiver, soit pour le présenter, soit pour en tirer une lecture spécifique, soit les trois à la fois.

 

1.12 • « PORTFOLIO »

Responsables : Raymond Balau et Cédric Noël

Objectifs

Apprendre à considérer son propre travail avec un recul critique permettant de le présenter aux autres.

Modalités

Préparation des visuels et des textes (archives organisées et sauvegardes) en vue de la réalisation du portfolio, sur base d’un cours introductif par Cédric Noël ; lire attentivement l’article : http://www.espaceurbain.be/blog/portfolio/

Demandes

En B1, il est question de mettre au point une « fiche-contenus » pour chaque projet réalisé à l’atelier ou en-dehors au cours du premier quadrimestre - y compris dans le cadre du cours de Marie-Cécile Guyaux. Fiches A4 : titre, infos pratiques et techniques, visuel(s) et légende(s), texte de 10 à 15 lignes synthétisant l’objet et le sens de la proposition, de même que ses modalités de mise en situation.

 

B2 1Q

 

2.1 • « LA FABRIQUE D’ESPACE PUBLIC» • 6 semaines

Responsable : Cédric Noël

Site choisi : les abords de la station Herrmann-Debroux.

 

Objectifs

Cerner les acceptions de l'expression espace public.

Développer une méthode expérimentale en situation urbaine.

Etablir un rapport à l'autre.

Comprendre l'intégration d'un dispositif public et les situations interactionnelles qu'il provoque.

Imaginer certains rapports étroits entre art et espace public.

Modalités

Identifier deux à trois cas pour lesquels vous manifestez de l'intérêt. Produire des photos en contexte. Y ajouter une série de croquis ou notes d'intentions claires montrant comment vous souhaiteriez agir. Présentation en groupe de ces documents. Possibilité de produire d'autres types de matériel : vidéo, son, ...

Demandes

Réaliser un dispositif qui agit sur la publicité d'un lieu, temporairement ou durablement.

Cerner les enjeux artistiques de votre intervention et son rapport à l'espace public. Identifier ce que ce dispositif apporte ou soustrait : la possibilité d'une rencontre, de la convivialité, la modification d'un usage, la clarification d'un usage, le pointage d'une donnée à laquelle nous serions aveugles, ...

Concentrer vos travaux aux alentours de la station de Métro Herrmann-Debroux (rayon d'un kilomètre environ).

Produire une documentation détaillée pour des objectifs divers: exposition, publication, jury de fin d'année, portfolio.

 

2.2 • « 123D » • Exercices

Responsable : Cédric Noël

Objectifs

Recherches rapides à partir d’imputs thématiques hebdomadaires : photographies.

Modalités

Se frotter à l’ici et maintenant de lieux urbains, avec pointage du temps et de sa propre présence.

Demandes

Séries de photographies, techniques libres, avec accrochage pour échange. Dans un second temps, les séries font l’objet d’un « retravail ».

 

2.3 • STAGE INTERNE

Responsable : Raymond Balau

Objectifs

Thème opératoire : prolepse.

Investir un site urbain (cette année : les campus ULB et VUB) en vue d’une intervention in situ par groupe.

Processus en 2 temps 3 mouvements (solo/collectif, réel/web & repérage/rencontre/intervention), allant de la découverte à la réalisation en passant par le projet, dans un temps donné … selon des temporalités plurielles, des interférences rythmiques, des vitesses différentielles … Approches de réalités humaines concrètes, instables, en devenir. Confrontation aux conditions de terrain et à un public non averti. Inscription d’imaginaire dans l’espace-temps.

Modalités

Matériel de prise de vues et outils personnels (coffre à outils) pour travail en atelier et in situ.

Implication forte dans le travail de terrain.

Investigation croisée sur le web et sur le terrain, pour identifier un différentiel web/réel où s’engouffrer pour établir une proposition susceptible de marquer les esprits.

Activation d’une intelligence des situations, pour faire apparaître les ressources des lieux, les dimensions cachées, les richesses des contacts, les intentions des politiques et des projets, l’action sur site et la constitution d’une œuvre contextuelle.

Evaluation in situ au terme de la dernière semaine.

Demandes

Respect scrupuleux du tempo et du processus (cartographie jusqu’au-boutiste du site et réalisation in situ d’une intervention susceptible d’être appréhendée par un public).

Le mural doit évoluer tout au long des 6 semaines.

L’intervention in situ doit être éphémère, réversible, et documentée (pour les portfolios).

 

2.4 • MODULE 5

Responsable : Raymond Balau

Objectifs

En parallèle au programme de stage interne, les étudiant.e.s de l’atelier qui suivent un Module ont à travailler à partir des mêmes sites, mais avec un objectif de travail en solo.

Modalités

a) Réaliser une visite guidée dans l’intimité des sites de stage, pour faire découvrir aux stagiaires un certain nombre d’aspects inattendu, surprenants ou étranges, étape appelée « visite out ».

b) Partir à la rencontre d’une personne intimement liée à la vie des sites, et explorer avec elle la possibilité de réaliser une visite approfondie d’un lieu inaccessible au public, étape appelée (visite in ».

Demandes

Réaliser une vidéo sur le principe de l’interview en situation, en tenant compte du thème opératoire de la prolepse.

 

2.5 • « FREEZONE»

Responsables : Raymond Balau, Cédric Noël

Objectifs

Autonomiser tout ou partie des recherches « 123D » ou mener à bien un ou plusieurs projet(s) d’initiative. A partir de B2, l’espace laissé aux projets « Freezone » augmente progressivement. Certaines propositions peuvent éventuellement être très éloignées du programme de base, mais sont favorisées à titre expérimental. Il s’agit d’un projet d’initiative, pouvant comporter plusieurs axes, que l’étudiant.e doit donner à connaître en temps voulu pour entrer dans le processus d’atelier.

Il s’agit au premier quadrimestre de premières formulations.

Modalités

Libres.

Demandes

Mettre en évidence un propos en lien direct ou indirect avec l’espace urbain. Proposer un travail autonome.

 

B2 2Q

 

2.6 • « RELIRES »

Responsables : Raymond Balau et Cédric Noël

Objectifs

L’intitulé « RELIRES » est explicite. Il s’agit de relire, à l’instigation du philosophe Bernard Stiegler, un livre trois fois, pour en tirer ensuite un travail plastique, de manière directe ou dérivée.

Remarque : ce projet revient à poser la même question aux étudiant.e.s des cinq années, pour favoriser les contacts réflexifs entre eux.

Modalités

Un session préparatoire permet de confronter des recherches bibliographique menée en groupe, de manière à constituer par recoupement une liste possible avec mise en évidence des liens avec l’espace urbain ; de près ou de loin.

Ensuite, il s’agit d’enclencher trois lectures procédant d’angles différents, et d’organiser des recherches collatérales, de manière à situer l’auteur, le propos, les liens avec d’autres œuvres, etc. En accumulant une documentation et des notes de lecture sujettes à réflexion et à propositions.

Demandes

Suite au choix d’un ouvrage (à acquérir), et aux trois temps de lecture, proposer une réalisation visuelle ou plastique en prise directe avec le contenu de l’ouvrage, les moyens étant libres.

 

2.7 • « parKour » • 6 semaines

Responsable : Christian Châtel, Cédric Noël, Loïc Vanderstichelen

Thème de base : « la ville vue d’en haut » ou si vous étiez un ange…

Objectifs

Concevoir une vidéo urbaine cohérente au point de vue de l’écriture du projet, de sa réalisation et de sa postproduction.

Modalités

Jamais jusqu’à aujourd’hui, l’homme n’aura autant regardé son habitat de si haut, de si loin : drones, Google Earth / Maps / Street view, satellites, photographie aérienne, tours et gratte-ciels, téléobjectifs...et  Sur ce constat et postulat de départ, nous regardons la ville « vue d’en haut » comme si nous étions des anges.

Demandes

Chaque étudiant (B2) associé à un assistant (B1) réalise un « film » rendant compte de sa vision de la ville « vue d’en haut ». En choisissant un site sur Bruxelles, l’étudiant produit une pièce de +/- 10 min sur la base d’1h30 de rushes maximum.

Dans un premier temps et après un repérage, chacun présente un site au travers de document photos, d’une carte et d’un texte (1xA4 max) traduisant les intentions de la réalisation du point de vue fond et forme.

Intervient ensuite une phase d’initiation à l’utilisation des outils de prise de vues et de sons, ainsi qu’aux logiciels de montage.

Enfin, le tournage est effectué avec assistant, via les échanges de vues en atelier au fil des visionnages, pour aboutir à un travail cohérent de bout en bout.

 

2.8 • « PORTFOLIO »

Responsables : Raymond Balau et Cédric Noël

Objectifs

Apprendre à considérer son propre travail avec un recul critique permettant de le présenter aux autres.

Modalités

Préparation des visuels et des textes (archives organisées et sauvegardes) en vue de la réalisation du portfolio, sur base d’un cours introductif par Cédric Noël ; lire attentivement l’article : http://www.espaceurbain.be/blog/portfolio/

Demandes

En B2, il est demandé de mettre en forme le matériel accumulé sous forme de fiches préparatoires en B1, et d'amplifier l'ensemble en proposant un layout explicite quant à la matière mise en évidence, sur divers principes : chronologique, thématique, etc. Un texte liminaire est utile à l'entrée en matière, pour cerner les principeles préoccupations. 

 

2.9 • Journées Portes Ouvertes des 17 et 18 mars 2017 : présentation de travaux en cours dans l’atelier ouvert pour la circonstance.

 

2.10 • « TERMINATOR » • 6 semaines

Responsable : Toma Muteba Luntumbue

Production de dispositifs ou situations spatiales (in/ex situ) induisant un comportement particulier chez le (s) spectateur (s) ; interaction, posture, déplacement, décodage, traduction, déchiffrage.

Objectifs : à préciser

Modalités : à préciser

Demandes : à préciser

 

2.11 • « FREEZONE»

Responsables : Raymond Balau, Cédric Noël

Objectifs

Autonomiser tout ou partie des recherches « 123D » ou mener à bien un ou plusieurs projet(s) d’initiative. A partir de B2, l’espace laissé aux projets « Freezone » augmente progressivement. Certaines propositions peuvent éventuellement être très éloignées du programme de base, mais sont favorisées à titre expérimental. Il s’agit d’un projet d’initiative, pouvant comporter plusieurs axes, que l’étudiant.e doit donner à connaître en temps voulu pour entrer dans le processus d’atelier.

Il s’agit au deuxième quadrimestre de travaux aboutis.

Modalités

Libres.

Demandes

Mettre en évidence un propos en lien direct ou indirect avec l’espace urbain. Proposer un travail autonome.

 

B3 1Q

 

3.1 • « TERRAIN » • 6 semaines

Responsable : Toma Muteba Luntumbue avac intervention ponctuelle de Roberta Gigante

Site choisi : Cureghem / ancrage au Curohall avec expo flash en fin de processus.

Objectifs

1. Etre capable de repérer des systèmes particuliers de pratiques

2. Stimuler un nouveau regard sur l’espace urbain en configurant une pratique pour le comprendre et le rendre sensible

3. Etre capable d’analyser des situations spatiales (trajets, parcours)

4. Etre capable de comprendre les invariants et les variants de la ville

5. Etre capable de comprendre les liens, les influences réciproques entre pratiques et espace 

Modalités

Repères méthodologiques : enquête dans le quartier (Cureghem), curiosité, prudence, circonspection, capacité à écouter, rester en retrait, ne pas juger, bien gérer le temps, éviter la curiosité préconstruite pour le pittoresque social et ce qui paraît bizarre, étrange, exotique, éviter le regard médiatique, risque d'enfermement, prendre conscience de ses éventuels préjugés sociaux, idées fausses, pleines d'ethnocentrisme sur le quartier et sur les habitants, travailler sur une question qui importe, qui intéresse, qui parle, la question doit avoir un sens ; rester en position anonyme et extérieure, c'est se condamner à regarder la société en touriste, en spectateur, c'est en savoir moins sur l'événementobservé que le moindre de ses participants.

Protocole d’enquête visant à constituer un dossier de reportage photographique contenant cinq série d’images d’après un mode d’emploi précis :

Série n°1 « Vues générales » 10 photos .

Série n°2 « La rue comme une grande façade » 10 photos

Série n°3 « Variations quotidiennes de l’espace » 10 photos

Série n° 4. « Une semaine dans la vie d’un quartier » 10 photos

Série n°5. « Figures ordinaires » 10 photos

Demandes

1. Parcourir les rues de Cureghem et opérer un choix de coupe dans le quartier : une longue rue ou suite de rues, traversant les différentes parties du quartier, choisir de préférence une rue qui vient couper le quartier dans sa longueur ou sa largeur, une rue qui passe par de nombreuses séquences et qui permet, dans sa longueur, de comprendre le quartier dans sa totalité.

2. Associer deux éléments ou deux espaces distincts ou très éloignés l’un de l’autre dans l’espace offrant une proximité visuelle et émotionnelle.

3. Susciter une interaction avec un habitant du quartier aboutissant à une production artistique commune.

4. Imaginer les moyens et les canaux publics ou virtuels de rendre cette expérience manifeste ou visible (exposition in situ à Cureghem dans un lieu négocier par vous-même.

5. Tenir un journal de terrain (description des lieux, des évènements, des interactions). Produire régulièrement un matériel iconographique : dessins ou croquis, photos, séquence vidéo.

 

3.2 • « 123D »

Responsable : Cédric Noël

Objectifs

Recherches rapides à partir d’imputs thématiques hebdomadaires : volumes.

Modalités

Se frotter à l’ici et maintenant de lieux urbains, avec pointage du temps et de sa propre présence.

Demandes

Objets élaborés à partir de techniques libres, avec accrochage pour échange. Dans un second temps, ils font l’objet d’un « retravail ».

 

3.3 • STAGE INTERNE

Responsable : Raymond Balau

Objectifs

Thème opératoire : prolepse.

Investir un site urbain (cette année : les campus ULB et VUB) en vue d’une intervention in situ par groupe.

Processus en 2 temps 3 mouvements (solo/collectif, réel/web & repérage/rencontre/intervention), allant de la découverte à la réalisation en passant par le projet, dans un temps donné … selon des temporalités plurielles, des interférences rythmiques, des vitesses différentielles … Approches de réalités humaines concrètes, instables, en devenir. Confrontation aux conditions de terrain et à un public non averti. Inscription d’imaginaire dans l’espace-temps.

Modalités

Matériel de prise de vues et outils personnels (coffre à outils) pour travail en atelier et in situ.

Implication forte dans le travail de terrain.

Investigation croisée sur le web et sur le terrain, pour identifier un différentiel web/réel où s’engouffrer pour établir une proposition susceptible de marquer les esprits.

Activation d’une intelligence des situations, pour faire apparaître les ressources des lieux, les dimensions cachées, les richesses des contacts, les intentions des politiques et des projets, l’action sur site et la constitution d’une œuvre contextuelle.

Evaluation in situ au terme de la dernière semaine.

Demandes

Respect scrupuleux du tempo et du processus (cartographie jusqu’au-boutiste du site et réalisation in situ d’une intervention susceptible d’être appréhendée par un public).

Le mural doit évoluer tout au long des 6 semaines.

L’intervention in situ doit être éphémère, réversible, et documentée (pour les portfolios).

 

3.4 • MODULE 5

Responsable : Raymond Balau

Objectifs

 En parallèle au programme de stage interne, les étudiant.es de l’atelier qui suivent un Module ont à travailler à partir des mêmes sites, mais avec un objectif de travail en solo.

Modalités

a) Réaliser une visite guidée dans l’intimité des sites de stage, pour faire découvrir aux stagiaires un certain nombre d’aspects inattendu, surprenants ou étranges, étape appelée « visite out ».

b) Partir à la rencontre d’une personne intimement liée à la vie des sites, et explorer avec elle la possibilité de réaliser une visite approfondie d’un lieu inaccessible au public, étape appelée (visite in ».

Demandes

Réaliser une vidéo sur le principe de l’interview en situation, en tenant compte du thème opératoire de la prolepse.

 

3.5 • « FREEZONE»

Responsables : Raymond Balau, Cédric Noël

Objectifs

Autonomiser tout ou partie des recherches « 123D » ou mener à bien un ou plusieurs projet(s) d’initiative. A partir de B2, l’espace laissé aux projets « Freezone » augmente progressivement. Certaines propositions peuvent éventuellement être très éloignées du programme de base, mais sont favorisées à titre expérimental. Il s’agit d’un projet d’initiative, pouvant comporter plusieurs axes, que l’étudiant.e doit donner à connaître en temps voulu pour entrer dans le processus d’atelier.

Il s’agit au premier quadrimestre de premières formulations.

Modalités

Libres.

Demandes

Mettre en évidence un propos en lien direct ou indirect avec l’espace urbain. Proposer un travail autonome.

 

B3 2Q

 

3.6 • « RELIRES »

Responsables : Raymond Balau et Cédric Noël

Objectifs

L’intitulé « RELIRES » est explicite. Il s’agit de relire, à l’instigation du philosophe Bernard Stiegler, un livre trois fois, pour en tirer ensuite un travail plastique, de manière directe ou dérivée.

Remarque : ce projet revient à poser la même question aux étudiant.e.s des cinq années, pour favoriser les contacts réflexifs entre eux.

Modalités

Un session préparatoire permet de confronter des recherches bibliographique menée en groupe, de manière à constituer par recoupement une liste possible avec mise en évidence des liens avec l’espace urbain ; de près ou de loin.

Ensuite, il s’agit d’enclencher trois lectures procédant d’angles différents, et d’organiser des recherches collatérales, de manière à situer l’auteur, le propos, les liens avec d’autres œuvres, etc. En accumulant une documentation et des notes de lecture sujettes à réflexion et à propositions.

Demandes

Suite au choix d’un ouvrage (à acquérir), et aux trois temps de lecture, proposer une réalisation visuelle ou plastique en prise directe avec le contenu de l’ouvrage, les moyens étant libres.

 

3.7 • « AZéRO • Contre-projet d’art public »

Responsable : Raymond Balau

Objectifs

Sur base de fiches d’art public, appréhender un cas concret de réalisation d’art public en rassemblant une information susceptible d’en comprendre le contexte, le sens, les enjeux, la matérialité et la réception, de manière à s’approprier ledit contexte en vue de formuler une alternative radicale faisant abstraction ou pas de l’œuvre prise pour objet de départ.

Modalités

Trois étapes, A0/1 : repérage sur le terrain et dans la documentation, A0/2 : choix d’un cas clinique et investigation photographique, A0/3 : élaboration d’une contre-proposition par les mécanismes du projet. Les étapes 2 et 3 font l’objet d’un feuillet programme spécifique.

Demandes

A0/1 : demande immédiate de dix fiches documentaires d’œuvres observées in situ, c’est-à-dire photographiées par vous ! (Bruxelles, on en croise tous les jours …), affichées puis reliées en un cahier A4. Y ajouter 5 fiches d’œuvres importantes à vos yeux, n’importe où dans le monde (documentées via le web).

A0/2 : étude de cas via fiche A3 détaillée (commande, historique, bio, aléas, …), 5 photographies A3 + schéma d’intentions A3.

A0/3 : Document A0 (plié A4 avec cartouche / layout décanté), proposant une synthèse détaillée et lisible, intégrant 3 photos de la maquette.

 

3.8 • « PORTFOLIO »

Responsables : Raymond Balau et Cédric Noël

Objectifs

Apprendre à considérer son propre travail avec un recul critique permettant de le présenter aux autres.

Modalités

Préparation des visuels et des textes (archives organisées et sauvegardes) en vue de la réalisation du portfolio, sur base d’un cours introductif par Cédric Noël ; lire attentivement l’article : http://www.espaceurbain.be/blog/portfolio/

Demandes

En B1, il est question de mettre au point une « fiche-contenus » pour chaque projet réalisé à l’atelier ou en-dehors au cours du premier quadrimestre. Fiches A4 : titre, infos pratiques et techniques, visuel(s) et légende(s), texte de 10 à 15 lignes synthétisant l’objet et le sens de la proposition, de même que ses modalités de mise en situation.

Le portfolio doit être particulièrement soigné et abouti en fin de premier cycle. Les rapports entres textes et visuels sont soignés.

 

3.9 • Journées Portes Ouvertes des 17 et 18 mars 2017 : présentation de travaux en cours dans l’atelier ouvert pour la circonstance.

 

3.10 • « FREEZONE»

Responsables : Raymond Balau, Cédric Noël

Objectifs

Autonomiser tout ou partie des recherches « 123D » ou mener à bien un ou plusieurs projet(s) d’initiative. A partir de B2, l’espace laissé aux projets « Freezone » augmente progressivement. Certaines propositions peuvent éventuellement être très éloignées du programme de base, mais sont favorisées à titre expérimental. Il s’agit d’un projet d’initiative, pouvant comporter plusieurs axes, que l’étudiant.e doit donner à connaître en temps voulu pour entrer dans le processus d’atelier.

Il s’agit au premier quadrimestre de mener à bien des projets ambitieux, à forte recherche d’autonomie, si possible hors école et avec des interlocuteurs. L’idée directrice est de commencer à travailler à l’échelle 1.

Modalités

Libres.

Demandes

Mettre en évidence un propos en lien direct ou indirect avec l’espace urbain. Proposer un travail autonome.

 

3.11 • « APPEL A PROJET »

Responsable : Raymond Balau

Objectifs

Prendre part à un appel à projet à l’échelle 1/1 (éventuellement en vue d’une résidence), en lien direct à l’espace public, de manière à approcher la vie professionnelle au travers d’initiatives ouvertes aux très jeunes artistes.

Modalités

Identifier le panorama des appels à projets en en choisissant trois qui font l’objet d’une pré-étude (en tenant compte du calendrier, de l’accessibilité et d’un niveau de difficulté « réaliste »), en vue d’un choix définitif. La proposition est soit spécifique, soit reprise dans les projets antérieurs et adaptée à ce nouveau contexte. Condition sine qua non : possibilité d’aller plusieurs fois sur place.

Demandes

Elaborer un dossier A4, artistique et technique (10 à 12 feuillets), susceptible de répondre de manière concrète à l’appel à projet, afin de passer à l’exécution en cas de sélection. Le dossier est envoyé avec un exemplaire à jour du portfolio.