Atelier d'espace urbain

Blog - INSTALREPLI

INSTALREPLI

Le premier container de l'année est prévu ce mercredi 1er mars. En 20 minutes de logistique bien synchrone, l'essentiel des encombrants de l'atelier peut être évacué. C'est un premier pas dans la perspective qui mène aux jurys. A chacun sa part dans ce travail d'éclaircissement, mais sans égoïsme : ce qui n'appartient plus à "personne" encombre tout le monde.

Trop de matériaux sont « abandonnés » à l’atelier, sans utilité, qui encombrent l’espace … utile. Une tentation un peu facile consiste à tourner autour ou à les planquer derrière les armoires. À ces endroits, l’espace est neutralisé, il n’a plus de potentiel. En considérant que le plateau du septième étage est un cas particulier du continuum urbain, particulier dans la mesure où son espace disponible devrait être dévolu en entier au travail orienté urbain, ses parties encombrées — ce qui est très différent des endroits rangés —, sont inertes et pour tout dire des obstacles à l’imaginaire en acte. En suivant l’idée que l’ensemble du plateau est un lieu d’étude, de recherche, d’essais et d’erreurs en vue de la production, la métaphore du chantier semble opératoire. Au sens naval, c’est une sorte de rampe de lancement. Plus largement, mettre en chantier c’est entreprendre. On ne retiendra de la signification par métonymie — magasin, entrepôt, … — que la phase à flux tendu en fonction des travaux en cours, à l’exclusion donc de tout abandon par négligence. Dans tous les cas, le chantier est un lieu de travail, parfois complexe, pluriel, c’est pourquoi est considérée ici la technique de l’installation et du repli spécifiques au monde du bâtiment ou des travaux publics, après tout largement inducteurs d’espace urbain. « Installation » et « repli » ont des significations variées, dans des champs divers. Par exemple dans le domaine artistique pour l’installation, ou militaire pour le repli. Mais on peut chercher plus loin. C’est ici leur association inhérente au chantier de construction qui est retenue. Dans un sens restrictif donc, mais précis en ce qui concerne l’atelier. L’installation de chantier, c’est un commencement qui est bien plus qu’un simple point de départ. Sous un angle tactique, c’est une action, un premier pas d’une démarche qui vise à établir un dispositif, un agencement, un équipement, avec pour corollaire un climat de travail, en vue de la préparation puis de l’exécution d’un travail. Une installation de chantier normalement conçue comprend déjà le repli, la projection vers le moment où le travail sera terminé et ou place devra être faite pour d’autres activités. Le repli est lui-même un point de départ, à condition qu’il comprenne la parfaite mise à disposition des lieux, ce qui demande un travail spécifique. Une installation de chantier réussie comprend déjà le repli, et en général ça se voit dans l’attention et le soin mis à l’exécution du travail, à l’évacuation progressive de ce qui n’est plus utile, de façon à libérer l’espace pour plus d’efficacité, et au retrait volontaire en fin de processus.

A suivre …

RB